Agence référencement web Caen – Paylib, concurrent français de Paypal ?
3 janvier 2019
Pose Enseignes, panneaux Caen
7 février 2019

Extension des noms de domaine de 1er niveau : yes Icann…

 

L‘ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), est l’association à but non lucratif californienne qui gère l’attribution des noms de domaines et adresses IP sur internet. Cette année, son conseil d’administration a voté la fin de la restriction des noms de domaine de 1er niveau génériques, ou gTLD pour « generic Top Level Domain », noms représentés par un suffixe d’au moins 3 lettres qui apparait après le nom de domaine ; actuellement, ces adresses internet sont limitées à 22 extensions que sont les .com, .org, .net, … (les .fr, .uk, … sont des domaines nationaux de premier niveau ou ccTLD pour country code Top Level Domain composés de deux lettres identifiant un pays ou un territoire indépendant, ils font l’objet d’une autre réforme).

Début 2012, n’importe quel gTLD pourra être soumis à l’accord de l’ICANN. Ces créations ne seront ouvertes qu’aux entreprises et institutions. Des extensions telles que .cocacola, .ibm, .icann, … devraient ainsi voir le jour au cours de l’année 2013.

Le « IC », c’est que pour soumettre un dossier de candidature, il faudra y joindre un chèque de 185 000 $ (non remboursés même en cas de refus, sauf exceptions) puis 25 000 $ chaque année pour son renouvellement… Et il ne s’agit là que des frais d’évaluation et d’enregistrement. Les entreprises qui souhaitent se lancer doivent tout d’abord examiner avec attention les efforts financiers mais également techniques qu’il faut fournir pour devenir registre et en démontrer leurs capacités dès le dossier de candidature.

Cette ouverture a pour objectifs de permettre la création de communautés culturelles, de plates-formes internationales favorisant l’innovation dans l’industrie et l’Internet, de nouveaux business modèles et opportunités d’investissements, de nouvelles sources d’informations, de services, de partages et d’échanges, d’offrir plus de choix aux consommateurs, d’ouvrir la concurrence mondiale et le marketing en ligne des multinationales.

Cela apportera également un plus en termes de sécurité : avec ces nouveaux domaines, les grandes enseignes pourront ainsi être mieux identifiées sur le net ce qui accélèrera la lutte contre le phising (ou hameçonnage, technique frauduleuse utilisée par les pirates informatiques pour usurper l’identité d’entreprises de confiance via les courriers électroniques dans le but de récupérer des données bancaires ou personnels). En effet, la lecture de ces nouvelles URLs (.creditmutuel, .orange, …) garantiront l’appartenance et la sécurité des sites sur lesquels il faut parfois saisir des données sensibles.

Le web et la presse foisonnent de commentaires et d’interrogations sur les règles fixées par l’ICANN et l’impact que pourraient avoir ces nouvelles extensions (notamment sur le référencement) : comme nous le notons plus haut, le prix dissuasif d’un dépôt de dossier sans garantie d’acceptation et les exigences décrites dans le guide du candidat ; certes n’ouvrent pas cette possibilité aux PME (mais ce n’est pas le but et en ont elles vraiment besoin ?) ; devraient limiter les dérives et faire que le web ne devienne pas une jungle. Chez AroConseil, on veut faire confiance à l’ICANN et aux organismes internationaux qu’il consulte (dont l’AFNIC en France) pour être vigilants quant à l’attribution d’extensions pouvant porter atteinte à la sécurité et aux bonnes règles de l’internet, du commerce et de la concurrence. Même si nous devrons adapter nos stratégies d’e-marketing, il s’agit bien là d’un progrès et d’une première étape. Mais ces commentaires ne reflètent peut-être que le regret que ravive cette actualité sur le fait que l’ICANN ne mette pas autant d’ardeur à trouver les solutions techniques et juridiques au transfert de leurs responsabilités à une autorité internationale et lever ainsi le monopole qu’exerce les états unis sur la gouvernance mondiale de l’internet…

Les dossiers sont à déposer entre le 12 janvier et le 12 avril 2012. L’ICANN se donne ensuite 6 mois pour étudier les candidatures.

Pour plus d’informations, voici les liens utiles sur le sujet :